samedi 14 avril 2007

Decret pour sauver deux plantes endemiques

Le gouvernement canarien vient de faire paraître au journal officiel (Boletín Oficial de Canarias) un plan de sauvetage pour deux plantes endémiques de Ténérife.
Les plantes concernées sont la picopaloma (Lotus berthelotii) te le pico de El Sauzal (Lotus maculatus) menacées de disparition.
Le document publié reprend une série de mesures et d'actions permettant d'assurer la survie des espèces par la protection et l'extension de leurs zones de distribution actuelles.

lotus berthelotiiLa picopaloma, ou bec de perroquet, est facilement repérable par ses fleurs rouges intenses et ses pétales collantes, il en existe aujourd'hui 60 spécimens dans le monde, qui se trouvent tous sur les deux versants de l'île. Cette plante croit dans les milieu rocailleux, entre les pins canariens, on la trouve dans les environs de La Florida, mais aussi dans le barranco del Rio (Granadilla) et depuis peu dans le barranco de Tamadaya (Arico)

lotus maculatisLe pico de El Sauzal ou Lotier maculé, lui n'existe que par ses 30 exemplaires exclusivement localisés sur une aire de 500 m² de la municipalité d'El Sauzal et en particulier dans l'espace naturel protégé de Costa de Acentejo.
Ses feuilles sont plus grandes et moins lisses que celle de la picopaloma, ses fleurs sont jaune avec des effets rouges-orangés.

Le document publié fixe comme objectif de porter les populations de la picopaloma à 800 exemplaires, et celle du Pico El Sauzal à 700.

Source : Canarias 24 horas

Aucun commentaire: